Les anciens stratigraphes considéraient les unités chronostratigraphiques comme des intervalles de temps représentés par un ensemble de couches sédimentaires

Les anciens stratigraphes considéraient les unités chronostratigraphiques comme des intervalles de temps représentés par un ensemble de couches sédimentaires. Le fondement du concept de cette stratigraphie classique se limitait à corréler les couches avec les stratotypes d’unités sur la base de la similarité des propriétés ou propriétés partagés uniques à ces unités.
L’évolution conceptuelle s’est dirigée postérieurement vers la stratigraphie événementielle, qui se distingue par la caractérisation des limites d’unités chronostratigraphiques par des événements biologiques ou autres, d’ou le passage du stratotype d’unité au stratotype de limite. Ce concept a été bien établi avant le commencement du « Deep Sea Drilling Project » (HORNIBROOK, 1966 in KENNETT et SRINIVASAN, 1983). Un événement stratigraphique est un changement d’état dans une séquence d’informations stratigraphiques, qui est relativement facile à reconnaître avec une distribution géographique suffisamment vaste mais restreinte approximativement au même intervalle de temps (KENNETT et SRINIVASAN, 1983).